Il faut croire au soleil

Il se lève toujours

Rechercher
  • Céline

Donner du sens à sa vie professionnelle

Mis à jour : 9 août 2018

Juste avant les vacances, la cité des métiers a eu la bonne idée de réunir trois experts pour s'interroger sur la thématique du sens au travail. Pour une vie riche de sens, l'orientation, le choix de nos parcours professionnels sont essentiels. Une conférence passionnante de 2 heures résumée en 5 minutes : je relève le défi !




Pourquoi sommes-nous en 2018 en quête de sens dans nos vies professionnelles ? A quel moment nous sommes nous perdus?


La question du sens vue à travers l'Histoire de l'école


Autrefois le sens était naturel, allait de soi. La question du sens ne se posait pas. C'est l'angle sous lequel Raoul Lucas, universitaire spécialiste des sciences de l'éducation et de l'histoire de l'école aborde la question et débute la conférence.


Avant-guerre, instituteurs et élèves se comprenaient. Ils étaient originaires du même quartier, du même milieu, personne ne recherchait de sens, il était là. Les carrières et les vies toutes tracées n'interrogeaient personnes.

Au début des années 60, les choses changent. On recherche une plus grande égalité entre les citoyens. Progressivement une plus grande mixité sociale se fera dans les écoles. De plus en plus de jeunes gens accéderont au lycée et tant mieux. Toutefois entre temps, la situation dans les classes s'est considérablement complexifiée. Professeur et élèves viennent d'horizons géographiques et sociaux différents. Ils ne se comprennent pas toujours. Alors chacun cherche à comprendre, cherche le sens.


Une révolution sociologique

Raoul Lucas y voit une double révolution sociologique : celle des publics non préparés qui arrivent et celle des idéaux de démocratie, d'égalité des chances. Pour lui, les élites politiques ayant "passé par dessus bord tous les idéaux" restent les problèmes de méconnaissance, d'incompréhension entre élèves, professeurs et parents. Le sens a été perdu. Quelque chose aurait donc dysfonctionné entre l'idéal démocratique de l'égalité des chances et sa mise en oeuvre. C'est une façon de voir les choses. Cela n'explique pas tout. Raoul Lucas fait rapidement allusion à une autre révolution, celle du numérique, de l'omniprésence des mobiles, de la circulation des données. Les élèves n'ont plus le temps de comprendre !


La solution pédagogique

Après ce constat de l'échec politique, Raoul Lucas en vient aux solutions qu'il entrevoit. Même lors des questions avec le public de la conférence, il réaffirme que, pour lui, la problématique de sens à laquelle notre société est confrontée aujourd'hui ne trouvera pas de réponse à travers des politiques publiques.

A cause de cette perte de sens dans notre société, l'individu est seul, face à lui-même et c'est donc en lui qu'il va devoir trouver les réponses. Il est le seul moteur de sa réussite.

Il peut tout de même trouver des personnes pour l'y aider. Enseignants, conseillers, formateurs, le rôle des pédagogues est de proposer des situations qui vont déclencher chez l'individu l'envie de comprendre, de s'approprier, d'agir. La solution est dans l'individualisation des processus.


La question du sens à travers les générations

L'intervention de Raoul Lucas a posé les jalons d'une perte de sens liée à une double (triple ?) révolution sociologique. Mme Danon Lutchmee Odayen, intervient ensuite sur l'angle intergénérationnel du phénomène.


Les générations se suivent et ne se ressemblent pas. X, Y, Z puisqu'on les appellent ainsi ont grandi dans des contextes socio-culturels différents ce qui génère de l'incompréhension entre elles. On ne se comprend pas, on perd le sens, encore.


Alors que la valeur travail était un pilier de la génération X qui donnait un sens à sa vie en construisant sa carrière, elle ne peut plus l'être pour la génération Z à qui l'on promet chômage, multiples changements de postes et chaos financier.

Comment un jeune qui grandit dans notre société aujourd'hui pourrait-il avoir la même vision de l'entreprise qu'un baby boomer ? Impossible. Vision radicalement différente. Révolution, encore (ça y est je ne les compte plus!).


Pourquoi consacrer sa vie à une entreprise, faire des concessions alors que l'on sait pertinemment que tout cela ne durera pas, que l'on sera rapidement remplacé ou que l'activité elle-même ne sera pas pérenne.

Triste constat certes mais réaliste. Il va falloir considérablement changer les modèles si l'on veut que les individus de la génération Z soient motivés au travail. Mais, bonne nouvelle, inutile d'inventer les modèles, ils les ont déjà trouvés ! Du positif enfin !


Le sens perdu est retrouvé

Puisque le sens a été perdu, il suffit de le retrouver ! Comment ? En mettant du sens dans l'entreprise, dans l'organisation, dans le travail en général. Travailler : OUI, en sacrifiant ses loisirs, sa famille, ses enfants, ses valeurs : NOOON !

Responsabilité sociétale des entreprises, entreprise sociale, économie sociale et solidaire mais aussi bien-être au travail, équilibre des temps de vie... voilà les solutions pour réintroduire le sens dans la vie professionnelle, et (puisque l'on n'a qu'une vie) de notre vie tout court !

Mme Danon Lutchmee Odayen interroge le public, quels sont les points communs entre les générations ? Que recherchons nous tous ? J'entends dans la salle tout près de moi une jeune femme qui répond "le bonheur".

L'intervenante aborde le thème de la souffrance au travail et du burn-out qui arrivent lorsqu'il n'y a plus de sens. Selon elle, le travail doit devenir un moment de plaisir, il faut que l'on ait envie de produire, partager et vivre. Elle termine sur la nécessité d'accepter la différence entre les générations, la reconnaissance de la motivation de l'autre, par rapport à ce qu'il ressent.


Ainsi nos deux premiers experts ont ouvert la voie à la dernière intervenante qui forme des accompagnateurs en bien-être au travail et en orientation positive mais aussi des "entrepreneurs de sens", Jennifer Vignaud.


Le sens à l'échelle individuelle et collective


Pour Jennifer Vignaud trouver le sens de sa vie c'est trouver sa voie afin d'agir, pour soi et pour le monde. Elle pense que chaque vie est unique et singulière. Elle fait un parallèle avec le monde végétal. Chaque espèce avec ces caractéristiques a sa place, son rôle dans l'écosystème. Il en va de même pour les êtres humains.


Chacun avec ses caractéristiques personnelles, dont la combinaison est unique, a sa place, son rôle dans le monde. Pour trouver sa voie l'individu doit trouver ses caractéristiques personnelles et les mettre en valeur.


Ainsi la méthode qu'elle a créée vise, dans un premier temps, à aider les personnes à faire émerger leurs forces, leurs caractéristiques personnelles puis, dans un second temps, de les aider à se servir de leurs forces pour trouver leur place dans le monde.


Aider l'individu à trouver un sens au-delà de lui-même. Etre une solution pour le monde.

Elle rentre dans l'aspect pratique des choses pour illustrer son propos et que le public de la conférence, majoritairement enseignants, formateurs et acteurs de l'insertion professionnelle puisse repartir avec de réels outils.

Sur les forces de chacun, elle évoque :

- la nécessité de valoriser les acquis informels (activités associatives, sport, loisirs...)

- la possibilité de demander aux personnes que l'on accompagne ce qu'elles aiment dans la vie plutôt que ce qu'elles font ou veulent faire

- de leur demander de se caractériser en 3 verbes

- leur demander ce qu'elles font avec le plus d'enthousiasme.


La notion d'enthousiasme nous renvoie à la motivation et Jennifer Vignaud démontre le bien fondé de sa méthode en s'appuyant sur des données scientifiques, dans le domaine de la psychologie positive notamment (un DU dans cette discipline est proposé par l'université de la Réunion). Elle évoque par exemple la notion de flow, décrite par Mihaly Csikszentmihalyi. Cet état, nous en avons tous fait l'expérience en réalisant une tâche qui, parce qu'elle nous plait, parce que nous nous sentons bien en la réalisant et qu'elle a le bon niveau de challenge pour nous, nous fait perdre la sensation de travailler et même la notion de temps.


C'est ce qui vient de se passer pour moi en rédigeant ce post ;-) . Merci à vous de l'avoir lu, merci aux intervenants de cette belle conférence et à la cité des métiers de l'avoir organisée !

Dans le cadre la conférence, Jennifer Vignaud a gentiment accepté répondre à mes questions sur la thématique du sens : tout est là. Ne ratez surtout pas cet entretien !



92 vues
Contactez-nous
Recevez notre news-letter